Le Seigneur des anneaux (Tome 1) - La fraternité de l'anneau Epub, PDF

Le Seigneur des anneaux (Tome 1) - La fraternité de l'anneau
ePUB
Français
Auteur:
Editeur: Christian Bourgois (2 octobre 2014)
Taille du fichier: 13689 KB
Nombre de pages: 528 pages
Langue: Français
Format: Epub, PDF, Doc, TXT
Télécharger Le Seigneur des anneaux (Tome 1) - La fraternité de l'anneau Gratuit
Amazon.fr

Le Tiers Age touche à sa fin, et la Terre du Milieu à son crépuscule. La Compagnie de l'Anneau va donc tâcher de déjouer les projets infernaux de Sauron, force du mal d'autant plus difficile à combattre qu'elle est désincarnée. Qui, des cinq héros, mènera à bien la mission ? Gandalf, grand sage qui seul mesure la portée de la quête ? Aragorn, qui dissimule ses origines princières sous les traits d'un rôdeur taciturne ? Frodon et Sam, qui sont chargés de la phase finale de la mission ou Gollum, créature abjecte qui fut un temps dépositaire de l'anneau ? Mais quel est donc le pouvoir de cet anneau tant convoité ? Quelle est donc la signification de l'énigme qui figure en première page, en manière d'épigraphe ? Tant de questions qui ne sont qu'une infime partie du mystère féerique qui, depuis 1954, ravit l'imagination, autorisée pour un temps à s'attarder dans un séjour magique aux forêts profondes et ancestrales, aux paysages argentés peuplés d'êtres aériens, de jeunes guerrières intrépides, de destriers sauvages ayant la fierté de leurs maîtres, de viles créatures dont la laideur physique reflète la méchanceté... Tous, nous avons rêvé de ce repos de l'âme, de même que nous avons craint, enfants, la menace sourde et inexplicable. Tolkien, lui, a su nommer cet univers, et en faire une épopée passionnante, quête initiatique où l'errance humaine est regardée avec une tolérance rassurante. Mais quels sont ces petits êtres rigolos et surprenants, ces 'hobbits' ? D'où viennent ces accents folkloriques, ce langage essentiel, cette mélancolie onirique qui teinte l'esprit d'un brouillard étrange une fois le volume refermé ? Tant de questions auxquelles, heureusement, Tolkien ne répond jamais tout à fait malgré les cartes, généalogies, lexiques et autres appendices passionnants que son imagination prolifique a fournis sur La Terre du Milieu. --Sana Tang-Léopold Wauters





Extrait

Une fête très attendue Quand M. Bilbo Bessac, de Cul-de-Sac, annonça qu'il célébrerait bientôt son onzante et unième anniversaire par une fête d'une magnificence exceptionnelle, il y eut force agitation et rumeurs à Hobbiteville. Bilbo était très riche et très particulier, et il y avait soixante ans que le Comté s'étonnait de lui, depuis sa remarquable disparition et son retour inattendu. Les richesses qu'il avait rapportées de ses voyages étaient désormais une légende locale, et l'on croyait généralement, quoi qu'aient pu dire les aînés, que la Colline de Cul-de-Sac était criblée de tunnels bourrés de trésors. Et si cela ne suffisait pas à assurer sa notoriété, sa vigueur prolongée avait également de quoi surprendre. Le temps passait, mais semblait n'avoir que peu d'effet sur M. Bessac. A quatre-vingt-dix ans, il en paraissait encore cinquante. A quatre-vingt-dix-neuf ans, on commença à le qualifier de bien conservé, mais inchangé eût été plus exact. Certains secouaient la tête et disaient que c'était trop beau pour être vrai : il semblait injuste que quiconque puisse jouir d'une jeunesse perpétuelle (à ce qu'il semblait) en même temps que d'une fortune inépuisable (à ce qu'on disait). «Il faudra en payer le prix, disait-on. Ce n'est pas naturel, et les ennuis viendront !» Mais jusque-là, les ennuis n'étaient pas venus , et comme M. Bessac était prodigue de son argent, la plupart des gens lui pardonnaient volontiers ses excentricités et sa bonne fortune. Lui et sa parenté (sauf, bien sûr, les Bessac-Descarcelle) se voyaient encore régulièrement, et il comptait de nombreux et fervents admirateurs parmi les hobbits de familles pauvres et peu influentes. Mais il n'eut aucun ami proche - jusqu'à ce que certains de ses jeunes cousins parviennent au seuil de l'âge adulte. L'aîné d'entre eux, et le favori de Bilbo, était le jeune Frodo Bessac. À quatre-vingt-dix-neuf ans, Bilbo adopta Frodo comme héritier, l'amenant vivre avec lui à Cul-de-Sac , alors les espoirs des Bessac-Descarcelle furent définitivement anéantis. Bilbo et Frodo se trouvaient avoir le même anniversaire, le 22 septembre. «Tu ferais mieux de venir habiter ici, Frodo, mon garçon, dit un jour Bilbo , comme ça, on pourra célébrer nos anniversaires ensemble et à notre aise.» A cette époque, Frodo était encore dans sa vingtescence, comme les hobbits appelaient l'irresponsable vingtaine entre l'enfance et le début de l'âge adulte à trente-trois ans. Douze années encore s'écoulèrent. Chaque année à Cul-de-Sac, les Bessac donnaient de doubles fêtes d'anniversaire très animées , mais cette fois-ci, on avait laissé entendre que quelque chose de tout à fait exceptionnel se préparait pour l'automne. Bilbo allait avoir onzante et un ans, 111, un chiffre plutôt curieux, et un âge tout à fait respectable pour un hobbit (le Vieux Touc lui-même n'avait atteint que cent trente ans) , Frodo, quant à lui, allait en avoir trente-trois, 33, un nombre important : la date de son «passage à l'âge adulte». Les langues allèrent bon train à Hobbiteville et à Belleau , et la rumeur de l'événement à venir se répandit dans tout le Comté. Les antécédents et le caractère de M. Bilbo Bessac redevinrent le sujet de conversation de l'heure , et les plus âgés virent soudain leurs réminiscences faire l'objet d'une curiosité qu'ils voulurent bien satisfaire. Personne n'eut d'auditoire plus attentif que le vieux Ham Gamgie, familièrement appelé l'Ancêtre. Il haranguait au Buisson de Lierre, une petite auberge sur la route de Belleau , et il parlait avec une certaine autorité, car il avait entretenu le jardin de Cul-de-Sac pendant quarante ans, après avoir assisté le vieux Holman dans le même rôle. Maintenant que lui-même devenait vieux et s'ankylosait, ce travail revenait surtout à son plus jeune fils, Sam Gamgie. Père et fils étaient tous deux en très bons termes avec Bilbo et Frodo. Ils vivaient sur la Colline même, au numéro 3 de la rue du Jette-Sac, juste en bas de Cul-de-Sac. «C'est un véritable gentilhobbit que M. Bilbo, un bon monsieur avec une belle instruction, comme je l'ai toujours dit», déclara l'Ancêtre. Ce qui était parfaitement vrai , car Bilbo était toujours très poli avec lui, l'appelait «maître Hamfast» et ne cessait de faire appel à ses lumières pour la culture des légumes : en matière de «racines», en particulier de pommes de terre, l'Ancêtre était reconnu comme l'autorité première par tous les gens du voisinage (lui-même y compris).








Voir l'ensemble des

Télécharger Le Seigneur des anneaux (Tome 1) - La fraternité de l'anneau


Epub Gratuit